Bien avant que je décide de mettre de la distance dans ma relation avec ma petite sœur, mon corps m’avait envoyé certains signes.

Trop occupée à chercher ce qui était nécessaire de changer pour la nouvelle année, je n’y ai pas fait plus attention.

Maintenant que mes chaînes sont brisées et que mon masque est tombé, je sens mon corps se libèrer.

Il me parle. Je l’écoute.

Qu’est-ce qu’il te dit ?

À l’intérieur de mon ventre, ça explose.

Mon ventre a toujours été le lieu de toutes mes souffrances.

Je sens qu’il se libère.

Il expulse, par des gaz, tout ce dont je n’ai plus besoin.

Mon ventre me dit que je dois apprendre à prendre mon temps, à ingérer chaque situation nouvelle une à une, afin de me laisser le temps de m’adapter aux changements qui ont lieu dans ma vie.

« J’accepte ❤️ de reconnaître mes pensées, mes sentiments à travers les autres et dans l’univers qui m’entoure. Puisque c’est dans l’abdomen que résident ma plus profonde intention et mon sentiment de ce qui est bon ou mal, des malaises à ce niveau me donnent une bonne indication de ce qui se passe dans ma vie intérieure et au niveau de mes émotions. »

C’est vrai.

Maintenant, je me donne le temps d’intégrer ce qui est survenu récemment.

Tout de même, je suis émerveillée par mon nouvel état d’esprit et d’avoir osé prendre cette décision.

J’ai du attendre d’avoir 50 ans, pour ne plus me sentir écrasée par la culpabilité ou les remords.

Écrire ces mots me fait les larmes aux yeux.

Écrire ces mots me montre ce que j’ai enduré et supporté.

Pour ma sœur, écrire ces lignes, c’est vivre dans le passé.

Malheureusement, l’ignorance de mon père, de ma nièce, de mon oncle, de ma tante et de mes cousines, c’est au quotidien que je le vivais.

Jusqu’à lire un article récemment, je ne m’étais pas rendue compte que c’était de la maltraitance.

Oui, ça m’est arrivé.

Oui, j’ai vécu tout celà depuis mon enfance.

Il me faudra du temps pour nettoyer toutes ces souffrances.

Je me le laisse.

Je suis libérée et c’est ma plus belle victoire.

Wouah, tu me touches.

Enfin, tu oses relever la tête.

Oui et à travers les flatulences et mon ventre gonfle, mon corps me dit que je m’efforce à avaler (au sens figuré) une situation, une personne ou une émotion qui va à l’encontre de mes principes et de ma conscience.

Conséquence de cela : je gonfle.

Peut-être y a-t-il aussi des parasites dans ma vie qui nuisent à mon évolution ?

Il y a une guerre qui vient briser ma paix intérieure.

Si les gaz sont nauséabonds, il y a des choses dans ma vie qui ne sentent pas bons et que je veux éliminer pour retrouver ma liberté, mon espace.

« J’accepte ❤️ de me donner la permission de ressentir ce qui se passe en moi et de lâcher prise.

J’apprends à faire confiance et à me laisser aller, tout en sachant que j’ai toujours ce dont j’ai besoin. »

En écrivant ces lignes, je comprends pourquoi mon ventre a toujours été rond.

Mon ventre était vraiment le siège de ma souffrance.

Et pour finir, à travers mes ongles cassants, mon corps m’apprend qu’ils représentent ma vitalité, l’état de mon énergie vitale.

Je vis dans l’ombre, en refusant les forces qui m’habitent.

Je me sens impuissante, fragile comme mes ongles.

J’ai de la difficulté à faire face à toutes les émotions qui m’habitent.

« J’accepte ❤️ de me reprendre en mains !

Je découvre toute la force qui m’habite.

Je suis grande et forte.

Je peux accomplir de grandes choses.

Il ne tient qu’à moi d’être sûr de mes capacités et d’aller de l’avant. »

Ces derniers phrases me touchent beaucoup.

Inconsciemment, j’ai fait le bon choix.

Ces lignes me libèrent encore plus.

Oui, je vais regarder en moi et découvrir ce que je veux pour cette nouvelle vie.

Oui, j’ai les capacités d’aller de l’avant.

Je termine ce texte avec les larmes aux yeux.

Il m’a fallu 50 ans d’ascension pour devenir celle que je suis aujourd’hui.

Il m’a fallu 50 ans pour faire tomber les murs qui m’entouraient.

2019 prépare toi, j’arrive en force.

Publicités