Le texte qui suit m’a été remis par mon amie Savéria.

Il a sa place ici vu qu’il résonne en moi.

Merci pour ce partage. J’en suis touchée.

De ce fait, j’ai décidé de créer une fenêtre qui te revient.

Au fil du temps, je partagerai les textes que je reçois de ta part parce qu’ils me touchent.

Et qui sait, j’aurai peut-être l’occasion d’ouvrir d’autres fenêtres sur d’autres personnes que j’affectionne.

Merci pour cette opportunité que tu m’offres.

Tu es une belle âme.

Extrait du conte

« Les 7 miroirs de l’âme »

de Charles Buthart

– Si j’ai bien compris, personne ne peut m’énerver, me blesser ou me déstabiliser ? demanda le prince.

– Tu as bien compris, ce ne sont pas les paroles ou les actes des autres qui te dérangent ou que tu n’aimes pas, mais les vieux démons qui se réveillent en toi à cette occasion : tes peurs, tes souffrances, tes failles, tes frustrations.

Si tu jettes une mèche allumée dans une jarre d’huile, celle-ci s’enflammera.

Mais si la jarre est vide ou qu’elle contient de l’eau, la mèche s’éteindra d’elle-même.

Ton agacement face aux autres est comme un feu qui s’allume en toi et qui peut te brûler, te consumer, te détruire.

Mais il peut aussi t’illuminer, te forger, te façonner et faire de l’autre un allié sur le chemin de ta transformation.

Toute rencontre difficile devient alors une confrontation avec toi-même, une épreuve, une initiation.” dit le génie.

Et pour terminer, ce texte qui m’a fait sourire.

Publicités