Malaises et maladies # Agressivité

Agressivité

Texte tiré du livre : Le grand dictionnaire des malaises et maladies écrit par Jacques Martel

L’agressivité est une quantité d’énergie refoulée qui découle, la plupart du temps, d’une frustration vécue lors d’une expérience ou d’une situation.

C’est souvent inconscient, et cette frustration peut tellement empoisonner ma vie que je choisis l’agressivité comme moyen d’expression (l’agressivité en est un), comme soupape à toute cette pression existant en moi.

C’est un moyen de me défendre car je me sens attaqué, non respecté, abusé, tendu, incompris.

Je veux que l’on me comprenne !

L’agressivité diminue mon niveau de vitalité.

Il peut m’être difficile de rester ouvert et de laisser couler l’énergie.

Il évident qu’une personne en état d’agressivité se coupe temporairement, et tout particulièrement de l’énergie spirituelle et de l’ouverture du coeur❤.

C’est un réflexe inné, instantané et irréfléchi de défense et de protection : je doute de ma valeur et j’ai même tendance à me dévaloriser silencieusement, en me disant que je ne suis pas à la hauteur.

Je me sens vulnérable.

Mon impuissance m’amène à vouloir attaquer ceux que je considère comme meilleurs ou plus forts que moi.

Je peux avoir l’impression qu’on m’empêche d’être moi-même, mais en réalité je me mets moi-même des barrières et des limitations.

Si je suis agressif, j’ai souvent le sentiment d’être plus fort car je décide d’attaquer le premier.

Je me mets dans un état de domination-soumission et je suis déchiré face à moi-même.

La personne face à moi agit comme un miroir.

Je projette une partie de moi qu’il me reste à accepter ❤ et cela me pique au vif !

Conséquence ? L’excitation s’amplifie, la tension monte et fait apparaître la contraction musculaire !

Je suis raide et tendu, sur mes gardes, prêt à bondir contre les attaques !

Je suis sur la défensive et je lutte contre mes angoisses. Que faire ?

J’accepte ❤ de rester ouvert, de travailler sur moi en premier, d’écouter mon intuition et ma voix intérieure qui me protègent et qui guident mes pas.

J’exprime mes émotions, quelles qu’elles soient.

J’accepte ❤ que ma plus grande force réside dans le fait d’être moi-même et que le vrai pouvoir que je peux manifester se trouve dans le fait d’être vrai, au lieu de vouloir donner une image de « dur à cuire ».

Il y a 13 ans, j’ai débuté un vrai chemin de reconstruction intérieure.

Ce chemin a été possible grace à la compréhension de mes malaises et maladies.

L’agressivité, je l’ai toujours portée en moi.

C’était un bon moyen de défense.

Seulement, être dans cet état m’a toujours rendue triste.

Alors, je me punissais doublement.

Premièrement, en ne réussissant pas à garder mon calme et deuxièment, après avoir perdu mon calme.

Il fût une époque où je restais des jours enfermée dans l’agressivité.

Depuis, je l’ai apprivoisée.

Seulement, si on m’agresse, je réponds par l’agressivité.

L’effet miroir.

Aujourd’hui, il m’arrive encore d’être agressive.

Étrangement, c’est uniquement face à mon amoureux que je me sens le plus agressive.

Je n’arrive tout simplement pas à accepter tous nos différents avec zenitude.

Seulement, j’ai appris à régler la situation rapidement.

Je liste les problèmes. Je cite les blessures ressenties.

Puis, si une conversation sereine peut avoir lieu, je l’entame.

Dans le cas contraire, je m’isole dans une pièce. Je retrouve mon calme.

Puis, je reviens à la charge afin que les choses soient claires et que la situation ne se répète pas.

Auparavant, je m’enfermais dans l’agressivité parce que j’avais besoin d’avoir le dernier mot, de me dire que j’avais raison.

Maintenant, je sais lorsqu’une chose incorrecte a été dite ou faite.

Je règle le problème parce que j’estime avoir droit au respect.

Et, s’il m’arrive d’avoir eu tort, je m’en excuse en le reconnaissant.

Celà fait 21 ans qu’on est marié.

De ces 21 ans, seules les 13 dernières années ont été vécues dans le calme, l’amour et le respect.

Avant cela, notre vie à deux, c’était des crises à n’en plus finir.

Jusqu’au jour où j’ai compris que je reproduisais le couple que mes parents formaient.

De le savoir, ça m’a libérée.

Depuis, mon agressivité est la mienne et non un souvenir sorti d’un tiroir.

Je l’accepte et je fais en sorte de m’en libérer le plus rapidement possible.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s